Le secteur agroalimentaire représente le quatrième secteur responsable des émissions de gaz à effet de serre. Ces entreprises agroalimentaires estiment que leurs impacts concernent principalement la pollution et l’utilisation d’eau, la production de déchets ainsi que la pollution des sols.

 

Ces problèmes concernent le processus de production, et peuvent se traduire par une « mauvaise » gestion des ressources (matières premières ou eau) et la préservation de la biodiversité. Cependant de nombreux produits ou d’énergies biosourcés sont déjà disponible sur les marchés, ou bien en développement.

 

Les entreprises agroalimentaires transforment des ressources agricoles en produits ou ingrédients alimentaires. Afin de maximiser la valorisation de toutes les fractions de matière, la production alimentaire peut être couplée à une production de bioénergies. Le débouché énergétique permet également de diversifier les usages des ressources agricoles, sécurisant ainsi les filières.

 

La production de produits alimentaires tels que le sucre, les produits amidonniers ou encore les huiles végétales alimentaires peut permettre en parallèle la production de biocarburants.
Par exemple des distilleries transforment des résidus de ces industries agroalimentaires ainsi qu’une partie de la production sucrière ou céréalière en bioéthanol, qui sera ensuite incorporée dans l’essence. Par ailleurs, une partie des huiles végétales extraites des oléagineux (colza, tournesol) est estérifiée pour produire du biogazole, qui sera ensuite incorporé dans le gazole.