Quand on parle agriculture responsable on pense au très proche du mouvement de l’agriculture raisonnée qui sont tous deux, des mouvements qui font parler d’eux dans ce nouveau contexte de consommer autrement.

 

En effet elles sont décrites comme la troisième voie par apport à l’agriculture conventionnelle et l’agriculture biologique. La notion est souvent critiquée et remise en cause, certains observateurs estimant que les tenants de l’agriculture raisonnée ne font que respecter le minimum des règlementations en vigueur ce qui peut déciviliser cette voie pourtant créée dans l’espoir d’une agriculture plus respectueuse et éthique.

 

Mais les acteurs de cette troisième voie revendiquent la qualité et la réalité de leurs engagements. Ils œuvrent à la diminution de leur consommation d’eau, un point important parfois insuffisamment souligné alors que l’état des nappes phréatiques est alarmant dans certaines régions. Tous les moyens sont bons : suivi électronique des captages et consommation d’eau, récupération des eaux de pluie… Ce n’est pas le seul engagement, la prise de conscience sur l’utilisation de produits phytosanitaires chimiques est au centre de l’attention, pour ces agriculteurs la santé et l’environnement sont aux cœurs des démarches vers cette troisième voie.

 

En 2040, c’est-à-dire demain, la planète devra nourrir 9 milliards d’habitants. 1,5 milliards de plus qu’aujourd’hui. Toutes les initiatives allant dans le sens d’une agriculture responsable, respectueuse de l’environnement, réduisant l’empreinte écologique, sont à encourager et soutenir.